AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Du bonheur à saisir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
michel à franquevaux
Alter Atome
Alter Atome


Nombre de messages : 24
Localisation : franquevaux (30)
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Du bonheur à saisir.   Lun 6 Aoû - 23:59

Il est une histoire qui commence terrible.

Sur la terre et sur les eaux, des rencontres sans passé et sans avenir. Il marche, les pieds heurtent les galets, la nuit fut pleine. Dans la campagne entre les pieds d'une vigne, les escargots sont à la peine, elle s'impose cette image, la bave coule, la laideur en bataille, pour que jaillisse la couleur sur les lèvres. Et ce qui frotte fait école, défigure et désenchante le traîné dans la poussière. Ce dévoyé n'accorde rien ni filet de sauvetage, ni bravoure, les ébats sous la vigne sont condamnés à l'abandon, personne ne croit à ce dérapage, l’un a peur du sens et l'autre est en dérive. Il y a bien sur, sensation et douceur, ces enfants sont dans la poussière et les aiguilles les écorchent.

Imagine-t-on le carnage de bourgeons écrasés sous le dos ou la jambe, qui s'affolent et ne parviennent qu’à tuer. Ils n'y croient pas ces deux qui rampent et laissent dans les cailloux la trace du duel de deux bêtes qui croyaient y parvenir, Abel pour Abel, en place du combat de Jacob et de l'Ange. La nuit est pour l'erreur et l'outrance, les échoués ne se croisent plus, les vêtements tombent par vagues et le corps se dessine dans le petit jour, il marche sur les eaux, le pied posé sur les galets, la peau frissonne, les chevilles se croisent sans grâce et sans beauté, cette marche est une montée vers le calvaire, un chemin qui croise le monde et le ciel, les vagabonds titubent sous les arbres, la peau se retire, mordue de fraîcheur et de honte.

La nuit vient à la surface sur cette table d'eau qui dort, les petits poissons sont en vrac et les yeux se gonflent de peine, le vagabond au cep de vigne, ces efforts inutiles, la salive qui coule en flot et se mélange à la sève, la pauvre vigne est dévastée, le compte de plaisir est en panne, ils ont peur de la volupté et s'accrochent sur l'ignorance, le plaisir est l'oeuvre de l'apprentissage, ces écoliers sont en panique et n'ont pas conclu l'exercice. Sans grâce et sans beauté, la marche glisse sur les eaux et le jeune corps se désole, que faire aussi sans arme blanche, sans bâton et sans appui. Il est un genre de miracle, un Vendredi sort sur la plage et lève son maillot de chiffon rouge. Il est assis sur le sable, la peau égrène des soupirs et des vagues qui fondent sur les yeux qui sortent de la tête. La poitrine ouverte, le coeur respire sous la main qui presse et complète le tableau des amours.

Gardiens de chèvres sur la rive, la nuit se lave dans le fleuve et leur vie enfin commence, les boucles noires sont posées sur le chiffon rouge. La trace de l'aurore laisse la décision du bonheur à saisir.

11 Avril 2005.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poesieafranquevaux.midiblogs.com/
corinne cornec orieska
Alter Ego
Alter Ego
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 45
Localisation : Finistère
Date d'inscription : 02/09/2006

MessageSujet: Re: Du bonheur à saisir.   Mar 4 Sep - 13:41

beaucoup de beauté, une certaine "vérité" j'ose dire, celle que je ressens et partage en vous lisant ; rien à redire, un réel plaisir, une émotion neuve
merci encore
corinne

_________________
.
Le rêve est une saison close ...



-----------------------------------------


http://cornec.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.wanadoo.fr/lettres-bleues
 
Du bonheur à saisir.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ecriture :: Créations poétiques-
Sauter vers: