AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mésaventures amoureuses....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kunndalini
Alter Atome
Alter Atome


Nombre de messages : 14
Age : 52
Localisation : paris
Date d'inscription : 05/09/2006

MessageSujet: Mésaventures amoureuses....   Mar 5 Sep - 5:56

Le Boléro de Ravel qui venait de jaillir de mon GSM, provoqua une onde de choc lumineuse, qui envahit progressivement la pénombre de mon refuge. Je m’apprêtais à y mettre un terme, lorsque dans un écho lointain, une voix douce et envoûtante inonda mon esprit comateux.

-Monsieur Tristan Oméro ?
-Oui, bonjour…
-Bonjour, Charles André Dubrovnik, du cabinet « Tentez votre Chance »
-Ha ! Bonjour monsieur Dubrovnik
-Bonjour, j’ai le plaisir de vous confirmer votre engagement au poste de responsable d’agence au sein de Global Power !
-Bonjour, heu ! Je veux dire formidable… Puis-je savoir ce qui a fait la différence ?
-Votre expérience à ce type poste et surtout votre capacité d’adaptation aux six intervenants rencontrés ce mois-ci, voilà ce qui a achevé de convaincre la direction de Global Power !
-Ha, je vois… mon enveloppe salariale sera telle réévaluée ?
-Pour l’instant, ils vous engagent sur une base standard, mais très vite avec votre profil vous ferez la différence !
-Bien…bien et je commence quand ?
-Hé bien ils vous attendent ce lundi 2 janvier au siège du groupe de Global Power !
-Parfait, vous pouvez leur confirmer mon accord de principe, j’y serais donc lundi. Je tiens à vous remercier monsieur Dubrovnik d’avoir appuyer ma candidature.
-Je vous en prie, c’est mon job de mettre en avant un candidat compétitif ! Vous verrez vous êtes entrez dans une superbe société, chez Global Power vous allez faire des étincelles !
-Merci pour tout, au revoir…
-Au revoir et à lundi.

Après dix mois de chômage et quelques milliers de questions restées sans réponses, je revenais aux affaires. Certes, sur le plan de ma rémunération je devais me contenter du minimum mais j’avais obtenu par ailleurs un véhicule de fonction et un ordinateur portable. Satisfait par le retour de mes fidèles chaînes de servitude, je pouvais enfin, finaliser le deuil de mon dernier poste. Quand je pense, qu’à l’annonce de mon licenciement, ma compagne du moment, Déborah, avait jugé opportun d’aller aérer sa généreuse poitrine auprès de mon pote Jeff. D’évidence, j’étais de nouveau seul dans ce deux pièces cuisine, rue des Espérances, comme isolé sur un radeau en plein océan parisien. Survivant involontaire de ces mois de dérives, je ne pouvais plus compter que sur mon vieil ami de Bordeaux, Château Déprime, pour refaire surface. C’est donc dans un élan de rébellion que je décidais de faire le ménage dans mon existence. Pour l’appartement, j’avais décidé de renouer le contact avec un vieux pote de mes années lycées, vu qu’avec Jeff le cordon ténu de notre amitié s’était brisé. Adieu Déborah, je n’aurai plus à supporter tes régimes sans faim, ton parfum exotique auquel j’étais devenu allergique et plus que tout, ton regard de désespoir lorsque je te parlais de faire des économies. Le regard bas, perdu dans les façades grises des murs de la cité, j’entendais le son ténue et régulier de la pluie qui rebondissait sur mon nid vitré. De mon sixième étage sans ascenseur, j’observais alors les toits ondulants d’un Paris nouveau, celui dans lequel j’allais devenir un autre. Cette longue épreuve m’avait en effet quelque peu, déconditionné. Serais-je toujours apte à manager une équipe ? Enivré par les effluves de mes nouvelles résolutions, je décidais d’y croire et d’oublier au plus vite cette culpabilité du chômeur, qui finançant son assurance, se cache pour la consommer, à l’abri des autres, des actifs. De nouveau projeté dans la fosse de tous les possibles, je me sentais enfin libre d’y jouer ma partition.
Le week-end s’acheva sur une fin de chantier et mon pote Marcel sur le départ, me lança.

-Fais gaffe Tristan, ton appartement va finir par concurrencer Tchernobyl !
Bon, Je les mets où tous ces cadavres de bouteilles qui traînent !
-Laisse Marcel, Merci pour ton aide, je dois me coucher tôt pour être en forme demain.
-Ok, merde pour ton premier jour ! Et n’oublies pas, une de perdue dix de retrouvées…
-Comparées à Déborah, je doute que dix suffisent, enfin, merci encore mon vieux, à plus...
-Tchao Tristan et garde la foi !

Question de foi, j’en connaissais un rayon car si je pouvais citer les yeux fermés, le nom des meilleurs crus, je me devais aussi de modérer la cadence, car mon foie n’y aurait pas résisté.

Le réveil m’annonça l’heure du départ, mais j’étais déjà aux aguets. Les yeux ouverts dans la pénombre, j’apercevais en contre bas les éclairages humides de la rue qui scintillait. 6h30, je me devais d’être à mon avantage pour ce premier jour de calibrage. Je me battais alors avec ma chemise la plus propre, c'est-à-dire la seule, je m’étranglais aussi avec ma dernière cravate « tendance » et j’absorbais pour finir un café par intraveineuse. A 7h30, j’étais prêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mésaventures amoureuses....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ecriture :: Prose, nouvelles, romans, essais-
Sauter vers: